Le régulateur britannique des jeux condamne l’opérateur Casumo à payer une amende de 6 millions £

0
22
Justice vol

Après une enquête, la Commission britannique des jeux de hasard a découvert une série de lacunes dans les protocoles de responsabilité sociale et de lutte contre le blanchiment d’argent chez l’opérateur Casumo. L’entreprise a été sommée de payer une amende de 6 millions de livres sterling. Aussi, elle subira un audit approfondi et recevra un avertissement officiel.

Les faits reprochés à l’opérateur Casumo

Parmi les manquements en matière de responsabilité sociale relevés dans l’enquête, on peut noter la non-mise en œuvre des politiques et procédures des interactions avec les joueurs lorsque ces derniers effectuent des activités pouvant conduire à des problèmes de jeu.

Le régulateur affirme qu’un joueur a perdu 1,1 million de livres sterling, soit environ 1,51 million de dollars en trois ans sans interaction sur mesure. Un autre joueur en un mois a perdu 65 000 livres sterling, un autre, 76 000 livres sterling en 7 mois et un dernier a perdu 59 000 livres sterling en seulement 90 minutes, tous sans être soumis à une interaction de jeu responsable.

Bien plus, un chapelet de défaillances en matière de lutte contre le blanchiment d’argent a été relevé, notamment des clients autorisés à déposer des sommes colossales sans que des contrôles LBC ne soient dûment effectués. Tels que des sources insuffisantes sur la provenance des chèques de fonds ; les relevés bancaires produits n’ont pas été évalués correctement.

Le régulateur britannique UKGC affirme qu’elle a constaté que : des vérifications ont été insuffisantes sur des documents d’authenticité ; aucune évaluation ou limite du montant qu’un client devrait être autorisé à dépenser en fonction de son revenu connu, de sa richesse ou tout autre facteur à risque ; les gains provenant d’autres opérateurs de jeux acceptés sous forme de SOF, sans autre forme d’enquêtes ; la société ne veille pas à ce que les politiques et procédures de contrôles soient appliquées efficacement, maintenues à l’étude et révisées de façon appropriée pour s’assurer de leur efficacité.

Casumo se défend et collabore avec la commission

L’opérateur Casumo a affirmé avoir totalement collaboré avec la commission des jeux de hasard de Grande-Bretagne sur l’examen approfondi de ses procédures de jeu en relation à la conformité, commencé sous l’égide de l’équipe de direction précédente.

Les découvertes ont été faites par rapport aux violations antérieures, identifiées lors d’un audit effectué entre octobre 2019 et janvier 2020. Découvertes faites dans le contexte de l’hyper croissance de l’opérateur lors de sa phase de démarrage.

La société affirme avoir réduit considérablement ces défaillances grâce aux mesures adoptées par la nouvelle PDG Shelly Suter-Hadad, nommée à la tête de l’opérateur pour son expertise dans la création de groupes de jeux basés sur la conformité et en détient le contrôle opérationnel depuis janvier 2020.

Après une évaluation supplémentaire effectuée par la commission au mois de juillet 2020, UCKG a réaffirmé son point de vue selon lequel il y a eu des changements fondamentaux dans les politiques, processus et contrôles LBC, initiés par la nouvelle direction.

Suter-Hadad la nouvelle PDG déclare que depuis son arrivée dans le groupe Casumo, elle s’est concentrée sur la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante et des titulaires de licences de gestion personnelle ayant une expérience poussée dans le secteur et des connaissances jumelées à l’expertise requises pour garantir que l’entreprise respecte la conformité.

Elle poursuit en disant qu’après avoir pris conscience du fait que les processus clés de l’entreprise étaient défaillants par le passé, elle a directement pris des mesures pour effectuer des changements opérationnels fondamentaux afin que l’entreprise soit désormais un groupe de jeux avec la conformité et le jeu responsable aux centres de ses priorités et son identité culturelle. Des efforts et une totale collaboration, officiellement reconnus plusieurs fois par la commission.

Richard Watson, directeur exécutif de la commission a tenu tout de même à rappeler que l’affaire a été déclenchée par une activité de conformité planifiée. Il rappelle par la même occasion à tous les opérateurs que la commission continuera à prendre des mesures fermes à l’encontre de ceux qui ne parviennent pas à respecter les normes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here