Les casinos sont-ils des terrains fertiles pour les activités de blanchiment d’argent ?

0
0
Argent

Le blanchiment d’argent est une pratique encore mal connue par le grand public, pourtant de nombreuses personnes ont fait fortune à travers lui. Les canaux du blanchiment sont nombreux, mais il se fraie plus facilement le chemin à travers les établissements de jeux d’argent en général et les casinos en particulier. Dans ces structures qui enregistrent d’importants flux de devises, l’argent illicite suit un processus strict et particulier pour ressortir plus « blanc » que neige.

Monsieur, quelle est la provenance des sommes que vous misez ?

Les casinos représentent-ils des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ? Ces établissements, en effet, préfèrent en général faire la sourde oreille et jouer à l’aveugle en ce qui concerne la provenance des mises de leur clientèle, bien que cela soit de nature à favoriser l’essor d’une économie souterraine. Dans plusieurs pays de l’Union européenne, les établissements de jeux d’argent font l’objet d’une réglementation stricte en ce qui concerne le blanchiment d’argent. Mais sachant que ladite réglementation ne va pas forcément dans le sens de leurs intérêts, on se demande si ces entreprises se plient véritablement à celle-ci.

Pas facile, en effet pour des clients, même s’ils ne font pas dans des activités illicites, de se soumettre à une investigation sur l’origine des sommes qu’ils s’apprêtent à miser. Par conséquent, dans une situation où un État n’aurait pas un regard attentif sur la question, un point de convergence entre les casinos et une économie souterraine peut aisément s’établir. Les établissements de jeu, afin de préserver leurs intérêts, sont en général plus disposés à couvrir leurs clients en évitant de mener des investigations.

À titre d’exemple, Chypre est un pays dont raffolent les personnes corrompues, de par la forte tradition de secret qui y existe. Le gouvernement chypriote, jusqu’à date, n’a posé aucun acte fort en ce qui concerne le blanchiment d’argent, en dépit du fait qu’une avancée notable ait été observée dans de nombreux autres pays. Mais ce n’est pas le seul pays, car en 2021, le Maroc, le Sénégal, le Burkina Faso et les îles Caïmans se sont vus placés en observation par le Groupe d’action financière, en raison des suspicions de manquements liés à la lutte contre cette infraction. Selon des chiffres de l’ONU, le blanchiment d’argent a atteint les 1 600 milliards de dollars en 2009, ce qui représente environ 2,7 % du PIB mondial.

Blanchiment d’argent dans les casinos, un circuit bien huilé

Pour bien cerner les contours de ce phénomène, il convient de bien comprendre de quoi il s’agit. De nombreux clichés ont contribué au fil du temps à alimenter le mystère autour de cette pratique répandue et discrète. L’un des plus connus est celui des machines à sous et casinos véreux qui, à l’époque la plus crue de la mafia et d’Al Capone, étaient utilisés pour le blanchiment d’argent. Somme toute, sa définition est assez simple ; il s’agit en effet d’une pratique de criminalité financière consistant à voiler l’origine d’importantes sommes d’argent généralement acquises de façon douteuse. Ça peut être par une fraude fiscale, des trafics d’armes ou de drogue, des extorsions ou de spéculations illégales.

Le terme blanchiment quant à lui, tire son origine de l’époque de la prohibition au cours de laquelle les gangsters américains avaient coutume d’investir leurs revenus illicites dans une chaîne de laveries automatiques. Le processus de blanchiment d’argent respecte d’ailleurs le langage courant de cette activité, car vous entendrez parler de brassage, de prélavage et d’essorage. Cela ne signifie cependant pas que vous serez accusé de blanchiment si un billet se retrouve malencontreusement dans une poche du pantalon que vous aurez passé dans votre machine à laver. Mais de toutes ces expressions, c’est l’essorage qui est l’étape la plus cruciale, car c’est à ce moment que l’argent illicite est investi dans l’économie légale mondiale.

Dans les casinos terrestres, cette pratique est assez aisée. Les blanchisseurs échangent le montant à blanchir contre le nombre de jetons équivalents. Ils peuvent alors jouer ou tout simplement s’occuper à autre chose, en attendant de percevoir l’argent échangé en espèces ou sous forme de chèque, en présentant le bon émis par l’établissement. Les machines à sous qui favorisent le blanchiment d’argent disposent la plupart du temps de logiciels RNG craqués en vue de faire gagner des personnes triées sur le volet.

Le blanchisseur peut également opter pour la création d’un casino en ligne et ouvre un compte bancaire pour cette entreprise. Ses complices y déposent leur argent illicite et jouent au casino en effectuant des virements bancaires. Ils s’assurent évidemment de perdre leurs mises. L’avantage ici est qu’il est facile pour le propriétaire de justifier son chiffre d’affaires, car les transactions des joueurs classiques se chargent de diluer les transactions frauduleuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here