L’ouverture des casinos japonais toujours dans l’incertitude

0
17
Japon

Dans le cadre du développement économique du Japon, l’ancien Premier Ministre Shinzo Abe a bataillé pour autoriser la construction de trois hôtels-casinos. Ces complexes pourraient rapporter d’importants revenus au pays classé deuxième derrière Macao au sein du marché. Cependant, la propagation du Covid-19 a entraîné des difficultés au projet sans oublier le scandale de corruption et la démission du principal instigateur, Shinzo Abe.

Un nouveau planning en cours

La situation des hôtels-casinos devrait prendre une nouvelle tournure d’ici la fin du mois grâce à l’aboutissement d’un texte définitif. Mercredi 9 décembre dernier, le Parti Libéral Démocrate (LDP) vient d’accepter un projet qui réévalue la politique de base touchant les futurs établissements. Par conséquent, les propositions des préfectures commencent à affluer avec des candidatures qui peuvent s’échelonner entre le 1er octobre 2021 jusqu’au 28 avril 2022. Par rapport au précédent planning, celui-ci accuse un retard de 9 mois. En conséquence, les dates d’ouverture des infrastructures ont été reportées.

Avec les complications dues au Covid-19, la construction des trois hôtels-casinos sur le territoire japonais a été bouleversée contraignant les exploitants à les mettre en attente. La crise sanitaire internationale n’en finit pas de perturber le secteur. Désormais, le gouvernement en place espère difficilement de voir ces complexes enfin prêts pour les Jeux Olympiques de Tokyo qui se dérouleront prochainement. D’ailleurs, les établissements ne pourront pas non plus ouvrir à l’occasion de l’exposition universelle d’Osaka en 2025. Il s’agit d’un événement de premier plan attirant de nombreux visiteurs. Outre les contraintes causées par l’épidémie, d’autres problèmes sont survenus mettant à mal les différentes démarches.

De moins en moins de préfectures et opérateurs intéressés

Entre les retards et la forte opposition des habitants, l’installation d’hôtels-casinos fait face à des difficultés freinant certaines préfectures. En effet, la plupart d’entre elles se sont désistées en abandonnant leur projet. Désormais, il ne reste plus que 4 qui ont maintenu leur requête et leur intention de déposer leur candidature. La liste comporte les villes de Yokohama, Wakayama, Osaka et Nagasaki. Sur ce point, les deux dernières envisagent déjà de lancer leur appel d’offres durant le mois de janvier 2021.

Ce manque d’intérêt atteint aussi les opérateurs de casinos qui ont souhaité ne pas prendre des risques en cette période de crise sanitaire. Il va sans dire que les mesures mises en place pour ralentir le virus empêchant le bon déroulement du processus. Au final, cela a fortement réduit le nombre d’acteurs intéressés par le projet en question qui cherchent avant tout à limiter leurs dépenses en raison de la prolongation de la fermeture de leurs établissements

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here